partage de conférences

Dimanche 30 mai 7 30 /05 /Mai 22:06

 

 

le-point-de-rupture.jpg

 

 

 

 

Nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre à un choc, un traumatisme qui nous

ébranle complètement au point que notre vie, après, ne sera plus tout à fait la même.

Cela peut être la perte d’un emploi, une rupture, la mort d’un être cher,

l’annonce soudaine d’une maladie grave, etc…



La cage dorée que nous nous sommes construite et qui nous protégeait se brise

d’un seul coup. 

Cette cage, nous l’avons façonnée au fil des années en investissant notre lumière

intérieure sur les autres et en nous coupant de notre Source.

Enfant, on nous a appris à nous faire aimer et non à nous aimer.

Aussi, nous avons projeté notre lumière à l’extérieur de nous, pour plaire aux autres,

 répondre à leurs désirs, et nous faire aimer par eux.

Sans nous en rendre compte, petit à petit, nous nous sommes coupés de notre

« Essentiel », nous avons emprisonné notre énergie de vie sous des carapaces,

des armures, des fausses personnalités si bien que nous vivons en non-authenticité

par rapport à nous-mêmes.

Nous avons pourtant l’impression que tout est parfait, que nous contrôlons tout,

que nous sommes en pleine possession de notre vie.


C’est pourquoi, tout à coup, la vie vient nous bousculer, nous casser, pour qu’en

l’espace d’une minute, toutes nos carapaces s’ouvrent.

C’est le choc.

Un évènement majeur vient nous « réveiller », nous sortir de notre tour d’ivoire.

L’épreuve soulève une telle souffrance que nous perdons soudainement tous nos

repères et que nous avons la sensation que la vie nous quitte.

 


Face à ce « point de rupture », comment continuer à vivre ?

 

Nous ne sommes pas préparés à rencontrer la mort, le divorce,

la perte d'emploi car nous cultivons l'illusion que le bonheur est à l'extérieur de nous

et nous sommes coupés de notre Source, de notre Force de Vie.


Comment mourir en se maintenant vivant ?



Certains se laissent submerger par la douleur et se laissent entraîner par elle…..

jusqu’à la mort.

Ce comportement n’est pas à blâmer.

Nous avons en effet chacun le choix de faire ce que nous voulons de notre vie.



D’autres mettent le couvercle sur leur douleur, encouragés par l’entourage qui essaie

de les aider par des conseils d’aller de l’avant (la vie continue; le temps arrange les

choses, etc…) et rajoutent un peu de doré sur la cage dans laquelle ils vont de plus

en plus s’enfermer.

Une partie d’eux, est morte, définitivement morte, avec ce traumatisme qu’ils ont subi 

mais l’entourage les pousse à ignorer cette partie d’eux-mêmes en souffrance et

à faire « comme si » tout allait bien.

 


Il faut parfois malheureusement plusieurs chocs pour nous réveiller et entamer ce que

Marie Lise Labonté appelle la descente dans les ténèbres ou l’expérience

de la nuit noire de l’âme et que j’appelle, depuis que je l’ai vécue, la traversée du désert.

Mais combien de crises avons-nous connues avant d'en arriver là ???

Combien de parties de nous avons-nous laissées dans chacune de ces crises ???


Cette descente au plus profond de soi est terrible à vivre car elle nous mène à la

rencontre de notre blessure originelle et nous plonge dans une mort psychologique 

intérieure qui nous pousse jusque dans nos derniers retranchements.

 


Mais  c’est là, dans la profondeur des ténèbres, que nous allons rencontrer notre

Lumière intérieure et recontacter cette Force en nous qui nous donnera l’élan et

le goût de vivre notre vie différemment, et qui nous amènera au choix de vivre

notre vie en conscience au lieu de la subir.

 

 

 

 

L-essentiel.jpg

 

 

 

Marie Lise Labonté conseille à ceux qui entreprennent cette descente dans les

ténèbres d’écrire un journal car très peu d’entre nous ont l’énorme privilège d’avoir 

une écoute à leur disposition dans ces cas-là,  une vraie écoute, l’écoute du cœur

qui consiste à ne pas vouloir sauver l’autre mais simplement à être là…pour l’écouter.

C’est le plus beau cadeau que quelqu’un puisse nous faire à ce moment là.


Si nous accueillons cette partie de nous qui est morte (le choc vécu est tel que la vie

ne sera plus jamais comme avant) et que nous arrivons à la reconnecter aux autres

parties intactes de nous-mêmes, nous discernerons alors un point de rencontre qui

est une sorte d’éveil et nous pourrons alors comprendre le sens de ce qui nous est

arrivé car en fait, le choc n’a pas de sens en lui-même si ce n’est de nous réveiller

et de nous permettre de retrouver notre Essentiel : cette Lumière en nous.


 

(article rédigé sur base de deux conférences de M.L.Labonté à Bruxelles)

 

 

Il est difficile et douloureux d'entrer en dedans de nous

quand nous sommes depuis si longtemps à l'extérieur de nous-mêmes

et que nous ne nous habitons pas.

Nos réactions de survie face aux épreuves nous écartent de notre feu intérieur,

notre feu sacré.

Et pourtant, celui qui écoute son feu sacré peut tout accomplir.



Aurore

Publié dans : partage de conférences - Par Castauranda
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Lundi 10 mars 1 10 /03 /Mars 16:38



"Sur l'humilité"


Petite leçon.



undefined

 

Suite à la ‘rencontre’ 
avec 
Eric Baret 
et

l’émoi qui en résulte,

découverte magistrale,

bouleversante,

je n’ai pu résister malgré l’anecdotique de la démarche,

de vous joindre un extrait  du livre ;

« Le sacre du dragon vert. »

Pour la joie de ne rien être.

 

 

 

Extrait.

 

 

« L’arrêt du questionnement n’est pas nécessairement une non-volonté d’aller vers quoi que ce soit.

Il ne faut pas cesser de questionner parce que l’on nous dit qu’en questionnant, nous allons vers quelque chose (de figé).

En ne questionnant pas, on peut rester encore dans une direction, dans un sens que l’on veut encore arriver à quelque chose.

Mais peut-on y arriver en ne questionnant pas ? »

 

 

C’est la vie qui nous questionne.

Questionner est un manque de perspective 
vous informant qu’il y a un problème.

Notre corps va se faire remarquer.

Il n’y a rien à faire.

La vie se charge de dispenser le questionnement nécessaire.

Ce sont les choses qui vont vous solliciter, 
c’est la vie qui vous appelle, 
vous demande, 
vous suggère, 
vous supplie de regarder, 
d’écouter.

Le corps, la sensation s’imposent naturellement.

La structure des os, des nerfs, tout éléments physiologique prend naissance
et est construit de ressenti.

Le monde est ressenti.

Vous n’avez absolument rien à faire pour sentir, 
uniquement vous rendre compte que l’on camoufle,
 que l’on bâillonne, 
que l’on réfrène ce ressenti.

 

On vit dans une projection.

Le ressenti se réfère à l’instant.

Dans l’instant, il n’y a pas de direction.

C’est dans la non-direction que ce ressenti peu vraiment s’exprimer.

Quand on va quelque part ou que l’on vit dans la pensée, 
le ressenti est limité.


Il s’agit uniquement d’attendre sans attendre, d’être disponible, cela permet au ressenti de continuer à questionner la vie.

Quand vous abdiquez le questionnement, c’est la vie qui vous questionne.

L’humilité 
(quant on ne veut rien) 
devient la base de toute transformation.

 

Toute démarche qui tente de mener quelque part ne peut que projeter le passé.

Dans certaines traditions, le concept de l’éveil n’est que projection du connu habillé de possibilités, de transformations, de rajeunissements infantiles.

 

C’est dans l’humilité (voir Eckhart) que l’on se rend compte que tout ce que l’on entreprend nous ramène toujours à l’origine de l’entreprise.

L’origine de l’entreprise, c’est le manque à combler.

Ce qui vient du manque ramène au manque.

 

Souvent, la pseudo-démarche spirituelle consiste à augmenter ses capacités physiques, psychiques et spirituelles selon la saveur de la culture où elle surgit.

Cette dilatation, qui est présentée comme étant essentielle, ramène toujours à un
état de manque.

 

Dans cette écoute dont nous nous parlons, on se rend compte que l’on fonctionne comme une machine, comme un système.

Un non-savoir n’anticipe pas un savoir, ne projette pas un savoir, il n’est pas un moyen non plus ; il y a seulement un regard étonné.

Alors ce que l’on appelle le monde, le corps, ne se relèvent plus de l’explication.

C’est le corps qui se révèle en vous.

Cette humilité est la base de toute perception.

 

La véritable orientation serait de percevoir que toutes les orientations ramènent à la mémoire, 
que dans toutes les orientations, 
c’est la peur 
qui veut absolument se libérer, qui refuse constamment de faire face à l’instant !

Alors, on essaie d’arriver à l’éveil.

C’est une stratégie comme une autre.

 

C’est dans l’état d’écoute 
que se résout tout ce qui pourrait être conflictuel, objectif.  
C’est un regard qui ne regarde pas ; toute la perception pointe vers ce regard.
L’orientation est une conviction profonde que ce que l’on cherche ne se trouve pas
sur un plan objectif.

Prenons conscience de la tendance que nous avons à être toujours quelque part,
en train de faire des projets.

Quand on ne fait rien, quand on n’est rien, tout se fait.
Le corps, que l’on a constamment abusé, commence à parler.

Pour qu’il parle, il faut être silencieux.

Tant qu’il y a direction, la direction bâillonne le corps.

Dans l’absence de direction, le corps redevient ce qu’il est : 
un corps sans référence.

D’instant en instant, l’écoute corporelle n’a pas de passé, ni de futur.

 

… L’humilité, le pressentiment de la non-direction, c’est un non-événement.

Tout ce qui se passe fait partie de la mémoire.

L’origine de la recherche spirituelle est cette ouverture qui permet à la beauté de s’exprimer, de se développer.

C’est un non-savoir qui permet au savoir de s’épanouir dans l’espace/temps.

La recherche spirituelle, c’est l’expression de l’humilité.

La ‘pensée’ que cette ouverture, cette humilité résultent d’une démarche, tient de la caricature.

On ne peut pas acheter le silence, ni atteindre la joie !

 

 


Castor


 

 

 

PS.  Merci à Gina et Claudie pour la découverte du Maître et de son 
yoga du cachemire.
 

Pour toutes informations et cours ; 

http://www.yogagraciosa.be/  

« Le silence étant présence,
 et la révélation du yoga ouverture à l’instant, 
il se peut que, pratiqués libre d’intention, 
ces exercices fassent résonner leur silence originel, 
qui n’est autre que notre nature fondamentale. »

Eric Baret

 
Publié dans : partage de conférences - Par Castauranda
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 4 mars 2 04 /03 /Mars 11:10

En écho à l'article de Castor, "l'humanité en danger ",
voici un diaporama de la superbe chanson de John Lennon
"Imagine"
que je vous propose de visionner en cliquant sur ce
lien

undefined


L’acte le plus puissant que nous puissions poser pour sauver la planète
est de “changer le rêve du Nord”.
Le rêve du Nord?
Ce sont nos désirs, nos appétits qui détruisent l’environnement
et notre communauté humaine.
Il est donc urgent, pour notre survie collective,
de transformer les valeurs fondamentales
et les perceptions de notre société occidentale.

Il y a trois enjeux fondamentaux auxquels l’humanité doit faire face :

l’équilibre écologique, la justice sociale et l’épanouissement spirituel.

Un symposium écologique sur le thème "Réveiller le rêveur, changer le rêve",
basé sur le message des Indiens d'Amérique Latine

est organisé à Bruxelles (avenue Parmentier 250)
ce samedi 8 mars de 9H30 à 18H30 par l'Association TETRA
en collaboration avec La Pachamama Alliance, organisation qui a pour mission
de soutenir un effort collectif un peu partout sur la planète
site : www.pachamama.org/

"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"
disait Gandhi

C'est le moment où jamais...

Aurore


Publié dans : partage de conférences - Par Castauranda
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 4 décembre 2 04 /12 /Déc 20:58


Quand la science devient spirituelle

 

‘‘ Pour la science quantique, l’univers est un potentiel infini
qui baigne dans un champ d’énergie cosmique ’’



Pinwheel.jpg

 

Les mystiques et les sages savent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique
reliant tout à tout au plus profond de la réalité, un champ qui conserve et transmet l’information.
Ce champ est connu sous le nom de «champ akashique»,
concept emprunté à la tradition spirituelle d'origine hindoue
( akasha" en sanscrit  désignant l'éther, cette Essence, plus subtile que l'espace-temps,
à la source de toute création).
Ce champ du point zéro est la mémoire constante et éternelle de l’univers.
Il détient les données de tout ce qui s’est jamais produit sur la Terre
et dans le cosmos,
et met celles-ci en corrélation avec tout ce qui doit arriver.

 

Ce champ consiste en une mer subtile d’énergies fluctuantes
à partir desquelles tout émerge :
atomes, galaxies, étoiles, planètes, êtres vivants, et même la conscience.

 

 Scientifique international et philosophe,
Erwin Laszlo est le plus grand spécialiste mondial des champs akashiques.
Véritable pont entre la sagesse ancienne et la science du futur, s'appuyant sur les derniers développements de la recherche scientifique en cosmologie, en physique quantique,
en biologie et dans les sciences de l’esprit,
il  milite à présent pour l’émergence d’une conscience globale
et vient confirmer avec son dernier livre « Science et Champ Akashique »
nos plus profondes intuitions en ce qui a trait à la grande harmonie de l’univers.

 

Les découvertes de la physique quantique rejoignent les grandes intuitions
des spiritualités orientales au sujet de l'existence d'un vide originel faisant le lien et l'unité
entre toutes les manifestations de la vie et de la matière.

Toutes les recherches d'avant-gardes concordent devant la complexité toujours plus grande des phénomènes étudiés, pour faire l'hypothèse explicative d'un champ unifié sous-tendant toute manifestation de la vie, champ qui ressemblerait à un vide très dense,
plein d'énergie et riche surtout d'informations assurant la cohérence
et l'interconnexion entre tous les éléments.
Le vide quantique apparaît comme un plein cosmique physiquement réel.



Crab-nebula.jpg

 

«  On a par exemple remarqué que lorsque deux particules ont été unies,
elles demeurent liées quelle que soit la distance qui les sépare :
tout ce qui agit sur l’une est ressenti par l’autre, et ce, sans limite dans le temps et dans l’espace !
On peut donc dire que tout ce qui a été uni reste uni, et donc, que l’ensemble de l’univers physique forme un immense réseau dans lequel tout est relié.
Cette découverte a des conséquences très importantes sur la manière
dont la science perçoit notre monde.
La première conséquence est que la matière n’est plus considérée comme la base de notre monde physique, et l’espace et le temps ne sont plus considérés comme séparés.
La matière n’existe plus en tant que telle, elle est constituée de champs d’énergie.
Deuxièmement,
l’univers n’est pas vide et passif, mais plein et actif.
Mais l’une des découvertes les plus importantes de ces dernières années
est que l’univers n’est pas seulement constitué de champs d’énergies,
mais aussi d’in-formations »

(éléments d’interaction qui donnent forme à l’énergie et qui permettent
cette corrélation instantanée entre tous les quanta).
« Certains scientifiques disent même que l’information est plus importante que l’énergie.

La réalité c’est que l’on peut désormais parler d’un champ énergétique informationnel ou champ d’énergie virtuel duquel surgissent toutes choses. »

« Bon nombre d’informations présentes dans ce champ d’énergie ne sont pas encore réalisées.
Ainsi, l’univers apparaît comme un potentiel infini baignant
dans ce champ d’énergie cosmique
où tout est possible.

Cependant, ce phénomène de liaison n’est pas limité au monde quantique.
On pense depuis une dizaine d’années que ce phénomène est aussi valable pour les règnes
minéraux, végétaux et animaux ainsi que pour tous les systèmes solaires.
On peut dire que notre corps est un système quantique macroscopique (toutes nos cellules sont cohérentes les unes avec les autres), c’est pour ça que notre cerveau peut travailler comme un véritable ordinateur, capable de relier très rapidement toutes les informations venant du corps.
Notre cerveau travaille selon notre état de conscience ;
cela signifie que suivant la nature de notre activité nous actionnons l’hémisphère droit ou gauche ».

Des expériences ont prouvé qu’un état méditatif ou altéré de conscience permettait une
corrélation entre nos deux hémisphères et aussi que le cerveau de quelqu’un pouvait influer
sur le cerveau ou le corps de quelqu’un d’autre.
Donc, notre cerveau est capable de travailler de manière à capter l’information
de ce mystérieux champ d’énergie car il est en corrélation avec l’environnement.
Nous pouvons donc être reliés à l’Akasha Chronica,
la mémoire de l’univers,
qui a la capacité mystérieuse de conserver une trace de toutes les choses passées.


hubble.jpg


« Tout le monde a la capacité de se relier à ce champ mais nous la perdons
à cause de notre éducation matérialiste et scientifique
(basée sur les calculs, les expériences et tout ce qui est quantitatif)
qui ne tient absolument pas compte de l’existence de tout ce qui se cache dans le monde invisible…
Toute information peut traverser la distance et le temps en quelques instants,
il suffit de s’ouvrir et de laisser l’information entrer.

Mais pour cela, un certain état de conscience est nécessaire.
Il y a différentes techniques :
la méditation en est une ».

 

Pour E.Laszlo, la science doit devenir un système de connaissance ouvert,
prêt à être confronté à d’autres voies, comme la spiritualité.
Il est temps de quitter notre conscience moderne, occidentale et
de trouver un autre chemin
qui soit en harmonie avec la sagesse omniprésente dans la nature

et qui nous permette de développer (ou plutôt de retrouver) notre intuition
pour capter cette in-formation contenue dans le vide cosmique.

Et les grands moments d’intuition viennent justement
quand nos deux hémisphères du cerveau fonctionnent ensemble de façon harmonique,

comme dans la méditation,
ce qui explique pourquoi les sages, les mystiques, les chamans savent
depuis la nuit des temps
que tout est relié dans l’univers (de la pierre aux étoiles) et qu’il existe
une conscience cosmique
(que certains appellent conscience de Dieu ou Esprit divin).
 

 

« Nous sommes telles des îles dans la mer dissociées à la surface,
mais reliées par le fond. »

William James


Article rédigé d'après un interview d'Erwin Laszlo et sur base de notes prises lors de sa conférence à Bruxelles,
ce 28 novembre 2007.
Photos prises par le satellite  Hubble

Aurore

 

Publié dans : partage de conférences - Par Castauranda
Ecrire un commentaire - Voir les 24 commentaires
Dimanche 25 novembre 7 25 /11 /Nov 22:27


chemin-eau-bouegeante-copie-2.gif

Ce vendredi 23 novembre 2007, Gilles Farcet a donné une conférence  à Bruxelles à ce sujet.

 

Nourri de 30 années de recherches et de rencontres, 25 ans de pratique et d’engagement
sur la voie de Swami Prajnanpad et d’Arnaud Desjardins
dont il a été le collaborateur pendant 12 ans à l’ashram d’Hauteville,
Gilles Farcet est aussi l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages
et sa conférence avait pour but de dénoncer les méfaits de l’idéal spirituel
qui parasitent notre recherche de sens par-delà l’absurde, notre désir de paix par-delà les conflits,
notre désir de sécurité par delà les peurs, notre désir d’amour.

 

Le fondement de la recherche spirituelle repose sur le fait que l’homme
est en conflit avec lui-même
et ce dès son plus jeune âge.

 

A la naissance de sa petite sœur, un enfant va ressentir de la jalousie, voire de l’agressivité :
sentiments tout à fait normaux puisqu’il doit désormais partager avec sa petite soeur
l’amour que ses parents lui portaient exclusivement.

 

Et il va recevoir de ses parents le message : « tu ne devrais pas être jaloux ».

 

Donc il va se dire : ce que je sens, je ne devrais pas le sentir.
Et c’est là que débute la première division, la première fracture dans la relation à soi-même
et dans la relation à l’humain : je ne peux pas être en paix avec ce que je suis.

 

Il y a donc une confusion entre ce que je suis et ce que je ressens, entre l’être et le ressenti
et de là, on s’identifie à notre ressenti et on se dit : je suis jaloux, je suis agressif,
alors que le ressenti a lieu dans l’instant et est impermanent et n’a rien avoir avec ce que l’on est.

 

La deuxième confusion provient de la nécessité d’adapter notre comportement à la vie en famille, en société.
Cette tentative se fait sur base d’un conflit avec le ressenti.
Plus nous essayons de maîtriser un ressenti, plus il va devenir puissant.
La solution serait d’accueillir ce ressenti au lieu de le rejeter :
le voir comme quelque chose de naturel (l’expression de la chimie humaine),
comme quelque chose qui ne nous appartient pas en particulier.
Le seul moyen de moduler un ressenti est d’être en paix avec la vérité du ressenti.

 

Notre ego est fondé sur l’ensemble de ces messages contradictoires que nous avons perçus, étant enfant.
Et à l’âge adulte, cela va engendrer des problèmes professionnels, de couple, etc…

 

Beaucoup de personnes entament alors une recherche spirituelle pensant que cela va leur permettre
d’être quelqu’un d’autre que ce qu’elles sont.

 

Notre image de la sagesse, de la spiritualité, de l’éveil est alimentée par des figures telles que le Christ,
les Saints, ou des figures plus exotiques comme les Maîtres spirituels qui sont des présences très fortes
car ces personnes irradient quelque chose (telles des centrales nucléaires) et
vouloir s’identifier à ces personnes peut conduire à beaucoup de malentendus.

 

Pour nous, produits de la société, il n’y a en effet aucune possibilité de vivre ce qui est possible
dans un contexte
complètement différent du nôtre :

dans la vie du moine, tout est centré sur la Présence du Maître.
Nous pouvons être touchés, bouleversés par la Présence d’un Maître,
mais cela ne doit pas constituer une voie au risque de se retrouver dans une impasse dévotionnelle :
 
99 % des gens vont développer une relation infantile avec le Maître qui est le modèle de la perfection
comme l’étaient les parents pour le petit enfant.

 

Un autre danger du décalage entre l’idéal et la réalité  réside dans l’image que véhicule et
que nous nous faisons du Sage :
quelqu’un qui pratique l’ascèse, qui n’a plus aucun désir, qui est détaché de tout, et  qui pour nous 
représente l’idéal de la sagesse, du bonheur et de la paix.
Une sorte de robot, toujours heureux…

 

En réalité, le Sage est un humain qui fonctionne comme nous,
qui est soumis aux mêmes sentiments mais qui est « éveillé ».
Et être « éveillé » ne signifie pas que tout est simple et qu’ils fonctionnent comme des machines 
avec un électroencéphalogramme plat; cela veut dire qu’ils ont connu une maturation profonde
leur permettant de ne plus être menés par leurs comportements égocentriques.
Ils connaissent aussi la souffrance mais ils l’accueillent comme le ressenti de la vérité
qui laisse de la disponibilité pour d’autres choses.
Seule une partie d’eux-mêmes est atteinte et non tout leur être.
Le Sage est donc quelqu’un qui s’est libéré d’une certaine mécanicité
et nous risquons de le voir comme autre chose qu’un être humain.
Trop occulter son humanité risque de nous décevoir le jour où nous nous rendrons compte
qu’il est un humain comme nous.

 

Un vrai Maître spirituel va nous encourager à trouver par nous-mêmes
la voie de la libération, la Vérité, la Paix
et non à croire à ce qu’il dit.

 

Un être « éveillé » n’est pas quelqu’un qui tout à coup a connu l’ « éveil » ;
bien sûr cela peut arriver n’importe où, à n’importe qui mais c’est un état impermanent.
Ce n’est pas un état qu’on possède une fois pour toutes.
C’est une relation à ce qui est dans l’instant qui ne demande qu’à se renouveler dans l’instant suivant
et qui a besoin d’être intégrée dans la réalité.


avt-apr--s-copie-1.jpg

 




Un être « éveillé » se distingue d’un être pseudo éveillé par le fait qu’il incarne
les valeurs de bonté, générosité, compassion, attention à l’autre
 
dans sa vie quotidienne
et qu’il évite les souffrances inutiles.

 

La recherche spirituelle est très vite récupérée par notre mental comme la fabrication d’un idéal,
ce qui nous éloigne de la réalité. 
Si nous aspirons à la Paix, commençons par accueillir ce qui est.

La clé du chemin spirituel, de l’ « éveil » est la bienveillance et aussi

 

- s’exercer à entrer en amitié avec soi-même,
sentir, comprendre, s’ouvrir à une attitude libératrice

 

- accepter que ce que je ressens ne m’appartient pas,
n’est pas à moi mais à l’humain en général, c’est la manifestation du Un et du Tout

 

- entrer en relation d’amitié, de compassion  et de communion avec l’autre

 

- arriver à la maturation de cette  conscience de la non séparation
( avec soi-même et avec les autres)

 

- abandonner l’idéal : « je ne dois pas ressentir ce que je ressens »
(qui m’empêche d’être en paix avec ce que je suis)
pour aller vers ce point de visée :
accueillir mon ressenti et avoir le désir de ne pas manifester ma colère,
ma violence, etc…(qui ne sont que des aspects de moi et qui ne sont pas moi)
et devenir plus conscient de mes actes.

 

- arriver à ce niveau d’ETRE
qui est l’accomplissement du potentiel de l’être humain

 
Rechercher la Paix, le détachement, comme nous l’enseignent les Maîtres spirituels,
pour ne plus souffrir est un leurre.
La souffrance existera toujours mais nous pouvons arriver, par un travail sur nous-mêmes,
à nous libérer de l’aspect égocentrique de la souffrance pour laisser de la place pour autre chose.



innerexperience.jpg

S'engager sur un chemin spirituel ne doit pas relever d'un idéal
mais d'un choix conscient.
Il y a des trésors immenses à découvrir dans ce travail.
Celui qui est riche intérieurement saura toujours faire face
aux défis et aux épreuves
qu'il rencontrera sur son chemin.

 

"Sur le chemin spirituel, il ne faut rien chercher qui serait extraordinaire.
L'extraordinaire est dans la profondeur de l'ordinaire"
K.G. Dürckheim

 

Aurore


article rédigé sur base de notes prises à la conférence

 

Publié dans : partage de conférences - Par Castauranda
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

Adresse e-mail

Eternelle quiétude





Il a déjà été dit que la quiétude est le langage de Dieu et que toute interprétation autre était fausse. C'est en fait un terme pouvant remplacer celui de paix. Quand nous devenons conscient de la quiétude dans notre vie, nous sommes reliés à la dimension intemporelle et sans forme en nous, à ce qui est au-delà de la pensée, au-delà de l'ego.


Il peut s'agir de la quiétude où baigne le monde de la nature ou de la quiétude dans votre chambre aux petites heures du matin, ou encore du silence entre les mots. La quiétude n'a pas de forme. C'est pour cette raison que nous ne pouvons en devenir conscient par la pensée, puisque la pensée est forme.


Quand on est conscient de la quiétude, c'est qu'on est quiet. Et être quiet, c'est être conscient sans pensée. Vous n'êtes jamais plus essentiellement, plus profondément vous-même que lorsque vous êtes dans cet état. En fait, vous êtes qui vous étiez avant de prendre cette forme physique et mentale, que l'on appelle une personne. Vous êtes aussi qui vous serez une fois que la forme se sera dissoute.


Lorsque vous êtes dans la quiétude, vous êtes qui vous êtes au-delà de votre existence temporelle, c'est-à-dire vous êtes la conscience sans forme, non conditionnée et éternelle.


Eckhart Tolle

 




Dieu est en vous


Dieu est en vous, lumineux, resplendissant,


éblouissant de la splendeur d'un million de soleils.


Dans la vérité essentielle de votre existence,


ici et maintenant.


L'électricité peut être coupée,


la bougie peut s'éteindre,


vous pouvez être dans l'obscurité totale,


pourtant vous savez que vous êtes là.


Par quelle lumière percevez-vous votre présence ?


Par la lumière de la Conscience.


Cette lumière est Présence de Dieu en vous.


(Swami Chidananda)






La Source du Don 



Vous n'avez pas la vie,


vous êtes la vie.


Rien ni personne ne peut vous l'enlever...


On peut vous enlever ce que vous avez :


vos idées sur la vie,


vos représentations de la vie, vos idoles,


les émotions, les sentiments, les pensées,


les formes que vous prenez pour la vie,


le moi auquel vous vous identifiez :


tout cela vous sera enlevé


mais jamais la vie...


 


Vous n'avez pas la vie,


 vous êtes la vie.


La vie qui court, la vie qui passe,


offrez-lui un siège,


une assise, un souffle, une conscience


où elle puisse se poser,


se reposer...


puis de nouveau se donner...


comme la Source qui a soif d'être bue.

 



L'homme est un être


à qui l'être manque,


dit le métaphysicien.


L'homme est une soif (un désir)


à qui la source (le bon objet) manque,


rappelle le psychanalyste.


L'homme est un être


à qui l'Etre est donné,


l'homme est une soif


à qui la Source est offerte :


s'il la pressent


s'il la veut, la respire


s'il y acquiesce.



             


Mais ce sont là « paroles d'Evangile »


qui ne s'adressent ni au cœur ni à la raison


ordinairement fermée,


mais au cœur et à la raison


qui demeurent dans « l'ouvert »...


dans une autre béance,


une blessure peut-être,


qui accueille l'Impossible Présence...





« Si tu savais le Don de Dieu »,


si tu savais que la Source est en toi...


la Source du Don.



(extrait du livre "Qui aime quand je t'aime"

de C. Bensaid et J.Y. Leloup)



(Le Gange, près de sa Source)





"La Vérité est en vous.

Pour la percevoir,

 il vous faut ouvrir l'oeil intérieur".


(Bouddha)



"Sans connaissance de Soi

on est comme un cadran solaire à l'ombre".

(auteur inconnu)



fleur-de-lotus-rose.jpg


"Rien dans ce monde n'arrive par hasard".

"Dans la vie, tout est signe".

(Paulo Coelho)


Cropcircle.jpg





Que-la-force-soit-avec-vous.JPG

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Citations

Rêve d'envol


"Quand notre âme,

tel un cygne,

prend enfin son envol,

elle n'a nul besoin de balises ou de cartes".


(Vijay Batthacharya)




"L'âme s'extirpe de sa chrysalide,

en rêvant qu'elle sera un jour un ange.

Elle le deviendra."


(L.Andréas Salomé)




L'amour


« L'amour est ce qui est...


L'amour constitue la dimension la plus profonde.


On ne peut le créer.


Comme il y a des choses que tu associes


à l'amour,


tu penses qu'elles sont une expression


de ton amour.



Tu ne peux créer l'amour en toi.


tu peux créer certaines choses,


mais tu ne peux créer l'amour.



L'amour, sous sa forme la plus pure,


se rencontre dans le royaume du silence.


Derrière la matière et l'énergie


et derrière toutes les choses que


l'on peut rencontrer


dans les royaumes physique et spirituel,


se trouve l'amour.



L'amour est l'élément fondamental derrière


tout ce qui est...


L'amour est à la fois le commencement et la fin.


L'amour reste la source d'où tout procède


et vers quoi tout se dirige.


Il est l'essence élémentale de l'univers.


Le seul fait de le rencontrer induit en vous


une transformation inéluctable,


car l'amour est constamment changeant


tout en étant immuable. »


(Aigle Volant)





Je suis


"Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions,

ni mes perceptions sensorielles,

 ni mes expériences.

Je ne suis pas le contenu de ma vie.

Je suis l'espace dans le quel tout se produit.

Je suis la conscience.

Je suis le Présent.

Je suis".

(Eckhart Tolle)




Qui suis-Je?

je ne suis pas mon corps physique

je ne suis pas mes émotions

je ne suis pas mes pensées

ni mes réalisations, ni les biens,

 le pouvoir, les relations,

 les connaissances que j'ai pu accumuler

ni la somme de mes actes, de mes paroles,

 de mes écrits.

je ne suis pas un individu séparé, isolé,

indépendant, autonome, distinct;

je ne suis ni l'observateur, ni l'observé.

je ne suis pas ce tissu de constructions mentales

 que j'appelle moi, la personnalité

 à laquelle je m'identifie.


Je ne me situe pas dans les objectifs à atteindre,

 la performance, la comparaison, les résultats.

je ne suis ni d'une nation, ni d'une famille,

 ni d'un sexe, ni d'un groupe.

Je ne suis pas le « vêtement » temporaire

 que je porte;

je ne suis ni dans le passé, ni dans le futur.


Je suis au Centre du Cercle sans contour délimité.

En somme, je ne suis rien.

Pourtant, étant vide, Je participe du Tout,

Je suis Tout;

Il est en Moi, Je suis en Lui.


Je suis la terre, l'eau, l'air et le feu;

Je suis le ciel, les étoiles, les univers, les galaxies,

 les systèmes solaires, les planètes;

Je suis la nature et la vie, l'arbre, le blé,

 la fleur,  l'animal, le minéral;

Je suis toutes les formes, les couleurs

 et les notes de la gamme;

Je suis énergie, vibration et oscillation;

Je suis le microcosme et le macrocosme;

Je suis tout cela à la fois.


Je suis au-delà du temps et de l'espace;

Au-delà du visible, des sens, du manifesté

 et de la diversité;

Au-delà du bien et du mal, du beau et du laid,

 du féminin et du masculin, de la vie et de la mort;

 de la dualité.

Je suis Totale interpénétration, intégration,

 liaison, unification.

Je suis Un.


Je suis sans forme, sans nom, sans odeur,

 sans goût, sans taille, sans sonorité.

Je suis le non manifesté

et pourtant pleine potentialité;

Je suis toutes les possibilités.


Je suis l'Être Éternellement Présent

Ici et maintenant

Le Commencement et la Fin simultanément

Je suis Conscience

Je suis Amour

Je suis.


(auteur inconnu)




"Tous les chemins du monde m'appartiennent,

tous les horizons, tous les jours et toutes les nuits.

J'ai l'immensité devant moi et derrière moi

s'est écoulée l'immensité...

Au milieu, je suis.

 Et que suis-je ?

Sinon moi-même, immensité.

Autant de chemins que d'instants...

Autant de possibles...

Je peux aller à droite, à gauche, en bas, en haut...

Comment puis-je me perdre ?

Puisque tous les chemins mènent à moi."

(Marc Vella)


goelan.jpg


La Lumière
 

"Vous êtes la Lumière du monde".

(Dieu)



Tes jours auront plus d'éclat que

 le soleil à son midi,

tu brilleras,

comme l'aurore.

(JobXI :17)


"Il ne faut cesser de s'enfoncer dans sa nuit.

 C'est alors brusquement que

 la lumière se fait".

(F.Ponge)


"C'est la nuit qu'il est beau de croire

 à la lumière".

(E.Rostand)


"Seul se lève le jour

pour lequel nous sommes prêts."

(Henry Davie Thoreau)


"C'est quand vous savez

comment comprendre l'amour,

 comment le manifester,

comment le laisser couler à travers vous,

que vous devenez lumineux".

(M.O.Aïvanhov)



aurore-bore.JPG



Le Soi


"Découvrez qui vous êtes,

 et tous les autres problèmes se résoudront

d'eux-mêmes".

(Ramana Maharshi)


"J'ai toujours tenté de trouver une réponse

 à la fameuse question :

 qui suis-je ?

 Et je n'essaie plus.

Ce n'est plus une question :

JE SUIS."

(Paulo Coelho)


"Où cours-tu ?

 Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?"

(Christiane Singer)


"Fais un voyage du moi au Soi, ô ami,

 car par un tel voyage

 la terre devient une mine d'or !...

Purifie-toi des attributs du moi,

afin de discerner ton essence pure !...

Je suis tombé dans l'absence totale du moi

- que je suis joyeux avec le Soi !...

Personne ne trouvera sa route

 vers la Cour de la Magnificence

 jusqu'à ce qu'il soit annihilé"

(Rumi)


gens-ds-d--sert.JPG






Le coeur


Dans votre coeur

se trouve le passage,


un pont de lumière


qui relie ce que vous êtes


à ce que vous n'êtes pas encore.



Mais pour emprunter


ce pont de lumière


il vous faut être vous aussi


une LUMIERE


et seul l'AMOUR


peut vous aider


à le devenir

(Ônajor)
« Un amour qui change l'histoire »



"Le coeur est le lieu où se trouve la paix,

dans la pure Lumière et la pure Conscience"

(Abhinavagupta)


"Ecoute ton coeur.

 Il connaît toute chose,

 parce qu'il vient de l'Ame du Monde

 et qu'un jour il y retournera"

(Paulo Coelho)


"On peut aussi bâtir quelque chose de beau

avec les pierres qui entravent le chemin"

(Goethe)


cailloux.jpg

L'instant présent



"Nous oublions souvent de sentir

 la magie du moment présent

 et pourtant, c'est elle qui bâtit le scénario

de notre vie".

(Michel Bouthot)


"Tout ce que nous cherchons frénétiquement

 dans un illusoire devenir,

 repose au coeur de l'instant,

un instant intemporel.

Quand cette évidence explose en nous,

 comment ne pas éclater

de rire et de joie ?"


"En nous établissant dans l'instant présent,

nous pouvons voir toutes les beautés et

 les merveilles qui nous entourent.

Nous pouvons être heureux simplement

 en étant conscients

de ce qui est sous nos yeux".

(Tich Nhat Hanh)



lac-avec-un-cygne.gif



La  re naissance


"A l'âge adulte,

 nous pouvons revivre notre naissance,

 ouvrir un coquillage,

 accéder à une vision radicalement nouvelle".

(Eduardo Cuadra)


"Acceptez tout ce qui arrive et

 que votre esprit agisse en toute liberté".

(Chuang Tzu)


coquillages-villes-plage-nassau-bahamas-647943.jpg



Le chemin

"Ne crois pas que tu t'es trompé de route

quand tu n'es pas allé assez loin"

(auteur inconnu)


"Empruntez un chemin,

si étroit et sinueux qu'il soit,

 que vous puissiez parcourir dans l'amour et le respect".

(Henry David Thoreau)


"Une fois que nous sommes sur le bon chemin,

 le destin se déroule devant nous,

 tel un glorieux tapis de fleurs".

(auteur inconnu)


"Quand le chemin touche à sa fin,

 changez-en;

 en changeant, vous passerez au travers".

(I Ching)


"Ne suivez pas le chemin qui semble vous porter,

 prenez plutôt par là où il n'y en a pas,

et laissez une trace".

(Ralph Waldo Emerson)



scan0001.jpg



Le mystère



"La plus belle chose que nous puissions éprouver,

c'est le côté
mystérieux de la vie."

(Albert Einstein)


"Ce qu'il y a de beau dans un mystère,

 c'est le secret qu'il contient

et non la vérité qu'il cache."

(Eric-Emmanuel Schmitt)


"Un mystère éternel est une tentation éternelle".

(Zhang Xianliang)


"Les mystères sont des objets de contemplation,

 non des énigmes à élucider"

(André Frossard)


menhir.jpg



La  Vérité

"Tu veux apprendre la vérité de ma bouche

 au lieu d'en faire toi-même l'expérience.

Tu ne découvriras pas la vérité

 dans ce que je dis.

La Vérité ne peut être saisie qu'à travers l'expérience."

(Aigle Volant)


"Quand ce que vous pensez,

ce que vous dites,

 ce que vous faites

 sont en harmonie,

vous atteignez le bonheur"

(M.K. Gandhi)


Roue-Zodiaque-.jpg

Souvenirs d'INDE










overblog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés